Pratique et éthique | Psychologue Paris 10


Une éthique en pratique

Dès lors que l'on se réfère à une longue formation et à une pratique sérieuse de la psychanalyse et de la psychopathologie clinique, il apparaît que pratique et éthique ne peuvent aller que de paire. L'éthique héritée de la psychanalyse est une éthique de la responsabilité du sujet, une éthique du désir singulier et du bien dire, comme le rappelait Jacques Lacan.

La direction comportementaliste (au travers des TCC, thérapies cognitivo-comportementales), ou la suggestion hypnotique, peuvent donner des résultats, tout au moins à court terme et lorsqu'il s'agit de symptômes bien délimités... Mais il s'agit alors de proposer à l'individu une stratégie, un chemin, de lui apprendre un modèle, d'essayer d'imposer un changement par suggestion. Il est plutôt question d'éducation thérapeutique.

La psychothérapie d'orientation analytique et la psychanalyse "classique" impliquent une démarche très différente, visant un mieux-être plus durable dans le respect de la singularité et de l'histoire de chacun. Il s'agit d'aider un sujet à comprendre ce qui lui arrive, à faire des liens au travers de ce qui se répète pour lui, parfois depuis longtemps. Il ne s'agit pas d'analyser "de l'extérieur" un patient, mais de permettre à un patient de s'analyser avec l'aide de son psychanalyste, ou de son psychologue, afin que son cheminement s'éclaircisse, et qu’il puisse retrouver des marges de manœuvre dans sa vie.